[First contact] Hourou Musuko – Anime

Note préliminaire 1.0 : je n’ai pas lu le manga.
Note préliminaire 2.0 : attention, ça va spoiler le premier épisode.

Shuichi Nitori est un timide et silencieux garçon. Lorsqu’il est transféré dans une nouvelle école, il se fait rapidement des amis tels que Yoshino Takatsuki, un garçon manqué qui est assise à côté de lui. Au fil du temps, il paraît évident que ces deux élèves ne sont plus qu’un simple garçon sensible et une fille masculine. C’est ainsi qu’ensemble, ils s’aideront mutuellement afin de vivre au mieux leurs « différences » tout en essayant de cacher au mieux leurs secrets.

Bon ça, c’est à peu près le résumé du manga sans avoir trop de spoil (quoique). Je précise cela puisque l’adaptation en anime diffère quelque peu du support original. Ce premier épisode ne commence non pas par le premier chapitre du manga, mais quelques chapitres plus loin. Ce qui a pour conséquence de nous faire découvrir pas mal de personnages principaux et secondaires ainsi que leurs liens sans réelle présentation. Qu’importe. Ces informations ne sont pas très importantes pour un épisode tel que celui (même si c’est un poil brutal comme début, mais on a vu « pire » en foultitude d’informations).

En effet, la raison de ce changement est tout simplement de mettre le ton de la série. Calme, sérieux, empli d’une curieuse nostalgie et d’un désir de vivre sa différence tout étant entouré d’une peur de la réalité et du regard des autres et de la société. Cette atmosphère particulière est notamment palpable durant les scènes d’introspections des deux personnages principaux ainsi que durant la « promenade » de Shuichi version fille. Ceux-ci se questionnant d’un côté sur leur propre nature tout en allant de l’avant avec leurs particularités. Cependant, bien que leurs proches (ça dépend des quels) les aident à affirmer et à vivre sans honte leurs différences, la réalité et le regard des autres arrivent tout de même à reprendre le dessus. Cette peur et ce dégoût pour un tel désir non-refoulé et presque affirmé rebute la « normalité ».


Cette atmosphère singulière est posée par de bonnes et discrètes performances au violon reflétant l’aspect insouciant (voire « tranche de vie ») de l’oeuvre ; par de sublimes compositions au piano symbolisant un certain degré d’épanouissement, d’un désir d’aller de l’avant et de découverte teintée de mélancolie ; et même de la musique classique brillamment utilisé avec Claire de Lune de Claude Debussy. Tout cela choisit et/ou composé par Satoru Kousaki (compositeur entre autres des SHnY, Lucky Star ou Bakemonogatari) et épaulé par son collègue Keiichi Okabe (sans doute pour alléger le travail de ce premier). Concernant les génériques, l’opening est assez… « vide » et la chanson Itsudatte de Daisuke est cool. Par contre, l’ending est meilleur. Même si c’est visuellement toujours aussi cheap, la chanson For You interprétée par Rie Fu (ending 1 de Darker Than Black) représente bien la série : ça sent la vie et le désir de continuer malgré les obstacles.

Dernière chose : l’aspect visuel. Certes, vous avez vu les images dans cet article, mais il est bien sûr utile de signaler que de voir animer ce côté aquarelle est juste superbe. C’est beau. Vraiment. Les couleurs sont douces, agréable à l’oeil. Les personnages s’incrustent très bien dans les décors, les gens en arrière-plan bougent correctement et ne se comptent pas dans les doigts d’un mutilé de guerre. Le studio AIC a fait un bon boulot. Bref, c’est pas seulement beau, c’est aussi bien animé (même s’il n’y a pas grand chose à animer).

[Extrapolation : Ce premier épisode fini par une note plutôt positive. En plus de mettre le ton à la série, ce commencement nous laisse imaginer le reste de l’anime. Ce qui laisse présager une espèce de découverte du secret de l’autre, suivi d’une entraide dans l’épanouissement de ses différences et qui se finira par une sorte de happy end précédé évidemment [logiquement] de serious business. Fin d’extrapolation (sans doute ?) useless]


Bref, il est certain qu’avoir adapté cette partie du manga directement au premier épisode a de quoi étonner les lecteurs du manga et les spectateurs. Cependant, la direction et l’ambiance pris tout au début de cette série justifie ce changement. J’espère de tout coeur que cela ne sera pas un fake à la Dance in the Vampire Bund (et d’après ceux qui ont lu le support original, il semblerait que non), et que l’absence de fanservice et l’aspect serious business sera réussi par la suite.

Bonus : compte Twitter de l’anime et des fonds d’écrans !

Cet article, publié dans Anime, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour [First contact] Hourou Musuko – Anime

  1. minirop dit :

    pour ce qui est de ne pas commencer par le chapitre 1 du manga, c’est pas le seul.

  2. Fskng dit :

    Yay, article sympa o/
    J’ai été choqué en voyant le premier épisode. J’avais vu un trailer mais j’étais loin de me douter qu’il y avait du trap. (Pas que ça me déplaise)
    Je suis d’accord pour l’animation, il y a des plans complexes digne d’un film d’animation que l’on voit rarement dans des animes format TV et les mouvements sont fluides, bref c’est assez bien fichu.
    Par contre j’aurais aimé que les personnages se distinguent un peu plus parce que j’avoue être un peu perdu pour savoir qui est qui, mais ça viendra au fur et a mesure j’imagine.

    Ah, sinon pour l’article, le fait que tu mélange critique et avis personnel est assez perturbant je trouve mais bon dans l’ensemble c’était bon :3

  3. Ping : [First contact] Ichiro Heian! | God only knows

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s