[Uso da !] Lying Mii-kun and Broken Maa-chan – Precious Lies

Note préliminaire : I say hello to 7 3.

Les cicatrices, tant physiques que psychologiques, des victimes de crimes terrifiants sont difficiles à renfermer. Vivre normalement, tel est le souhait de ces gens. Certains arrivent à oublier ces traumatismes, d’autres ne peuvent y arriver et essaient de vivre avec un tel fardeau. Et c’est là qu’une question se pose : comment vivre avec un passé aussi horrible ?

L’histoire se passe dans une ville rurale japonaise, depuis peu, touchée par des enlèvements et des meurtres en série encore non résolus.
Huit ans auparavant, un garçon et une fille ont été enlevé et séquestré dans cette même ville. Aujourd’hui, les victimes de cette vieille affaire, le menteur compulsif « Mii-kun » (le narrateur) et « Maa-chan » (Mayu Misono), se sont retrouvés et commencent à vivre ensemble ; en dépit du fait, que les enfants récemment portés disparus sont en réalité séquestré par Mayu.

Lying Mii-kun and Broken Maa-chan : Precious Lies, ou en VO, Usotsuki Mii-kun to Kowareta Maa-chan Totteoki no Uso, est un manga de Hitoma Iruma et d’Atsuki Sato (respectivement auteur et dessinateur) et publié dans le dernier semestre de l’année 2010. Mais avant d’être un manga, c’est un light novel publié à partir de 2007 et terminé en 2011 du même auteur et illustré par Hidari. Ce dernier a d’ailleurs réalisé l’illustration de fin de l’épisode 4 d’Oreimo, ainsi que le chara-design original de Fractale. Le roman totalise 11 volumes et son titre est quasi identique : Precious Lies, soit Totteoki no Uso, n’est rajouté que pour différencier le manga du roman.

A noter que la totalité des romans s’est vendu à 1,3 millions d’exemplaires et que d’après Kono Light Novel ga Sugoi !Ce light novel est génial ») — guide répertoriant notamment les 10 light novels les plus populaires de l’année — le roman atteigna la 9ème puis la 7ème place en 2009 et 2010. Soit, derrière des séries telles que Baka to Test to Shokanju, Bungaku Shōjo, Bakemonogatari, Full Metal Panic !, Spice & Wolf ou Toradora !.
Et comme si le succès du roman ne suffisait pas, 2 Image Album ont été composé par Bermei.inazawa ; artiste qui a composé et arrangé nombre de chansons et thèmes de sound/visual novel (Higurashi pour n’en citer qu’un).

Outre la série Lying Mii-kun and Broken Maa-chan, Hitoma Iruma est aussi l’auteur de Denpa Onna to Seishun Otoko ; roman toujours encore en cours de publication et illustré par Buriki. D’ailleurs, il se verra adapté en anime par le studio Shaft et diffusé courant avril 2011.

Comme toutes adaptations, le support d’origine se verra quelque peu modifié. En effet, ce roman de 11 volumes s’est vu transformé en un court manga d’un seul et unique volume, soit 5 chapitres. De plus, un film live a vu le jour au mois de janvier 2011 au Japon (et Dieu sait à quel point il peut être mauvais — et puis 3D<2D —).

Comme il n’existe malheureusement pas de traduction du roman, je n’évoquerai seulement qu’en détail le manga. 

« UsoMiiKoMaa » est doté de qualités visuelles indubitables. En effet, les traits sont précis et fins. Les expressions de protagonistes — qu’ils soient heureux, énervés, tristes ou apeurés — sont systématiquement réussis. Les décors, bien que simples voire presque inexistants, renforce l’histoire et l’atmosphère en cours. L’action des personnages est toujours bien retranscrit et cohérent ; très rares sont les passages où le déroulement d’une action est difficilement compréhensible ou impossible à réaliser. De même que le découpage des cases est exemplaire.
Les protagonistes sont dessinés de façon réaliste. Pas d’originalités dans les costumes, de fioritures dans les cheveux ou de couleurs flashy ; c’est la proximité avec la vie réelle qui prime. Atsuki Sato a d’ailleurs fait un travail remarquable en ayant adapté de façon excellente le chara-design original de Hidari.

Mais n’oublions pas son scénario et ses personnages, qui sont plus que des grandes qualités ici. Bien amené, son ambiance alterne d’une façon étonnante et réussie les situations angoissantes et psychologiques à de la quasi joyeuse romance adolescente. Les situations ne sont jamais statiques ; d’un quotidien chaleureux d’un couple, nous passons (sans brutalité) par des flashbacks et à des scènes aux ambiances lourdes.

Bien écrit, le déroulement de l’histoire nous réserve bien des surprises scénaristiques notamment accentuées par les ambiguïtés éparpillés dans toute la série. Cette ambiguïté se manifeste par certains éléments et détails qui, dans l’instant, n’ont pas lieu d’être évoqué. De même que les relations entre certains personnages ainsi que leurs passés donneront de stupéfiants coups de théâtre. S’appelant par leurs surnoms, ceci sont les marques ineffaçables de leurs passés communs. Mais c’est surtout dans les mensonges — et les faux mensonges aussi —, thème au combien primordial et omniprésent, que cette ambiguïté se ressent.

C’est « Mii-kun » qui incarne cet aspect-là. Celui-ci se définit comme un menteur compulsif (un mythomane pour être plus familier), mais il détient aussi le rôle-clé de narrateur de la série. Mentant comme il respire, de nombreuses vérités se cachent dans ces déclarations et deviennent même de faux mensonges. N’hésitant pas à faire des plaisanteries de mauvais goût, mentant à longueur de temps, « Mii-kun » use de ses mensonges et faux mensonges afin de rendre totalement opaque ses véritables intentions, de rassurer les autres et de maintenir la confusion au lecteur.
La narration devient alors un vaste terrain où déméler ses réelles paroles et ses vraies pensées (bref sa/la vérité) se révèle indispensable.

Mayu Misono, ou « Maa-chan », est décrite comme une adolescente jolie mais renfermée. Toujours à rester avachie sur son bureau à l’école, (presque) personne ne discute avec elle ; ou plutôt, personne n’ose l’a déranger sous peine d’un coup de vent magistral. Par contre, quand elle est avec un certain « Mii-kun », elle devient tout simplement la yandere la plus attachante que j’ai jamais vu. Son passé trouble, ses violentes réactions, sa jovialité et sa candeur aidé par un chara-design plus que réussi — et dépourvu de costumes ou d’éléments superflus — surpasse une autre yandere encore plus connu dans nos contrées. Bien qu’elle ne soit pas aussi maligne (et violente) que sa camarade du même genre, sa personnalité tourmentée et son innocence surpasse de loin la petite amie de Yukiteru.

Bref, Lying Mii-kun and Broken Maa-chan : Precious Lies est un très bon manga. Avec une telle adaptation, il n’est nul doute que le roman l’est tout autant. De par son scénario réussi, son ambiance ambivalente, ses bons graphismes et ses fascinants personnages, il mérite amplement son succès.

Et puis Mayu FTW :3

Bonus : Un des morceaux du premier Image Album et du second Image Album
Malus : attention, ça pique les yeux et fait saigner les oreilles

Cet article, publié dans Manga, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour [Uso da !] Lying Mii-kun and Broken Maa-chan – Precious Lies

  1. Sirius dit :

    J’avais repéré ce one-shot il y a quelques semaines. J’étais réticent mais le dessin m’avait l’air bien sympathique. Je suis sorti un peu blasé de ma lecture. J’attendais beaucoup d’intensité de la part du titre mais on n’a guère droit qu’à des révélations qui ne m’ont guère emballé. Un peu trop simpliste peut-être, avec des essais de psychanalyse pas très folichons. Cela dit, j’ai pas passé un mauvais moment de lecture même si je ne partage pas ton enthousiasme =)

    Verdict : pas assez de Maa-chan et trop de Mii-kun. Celui-là est tellement difficile à cerner avec son rôle de narrateur qui ne coopère pas qu’on se perd un peu dans l’intrigue.

    • Nautawi dit :

      Effectivement, 5 chapitres pour caser une véritable intrigue est assez « tendu ». Étant donné que sa longueur ne suggérait pas la profondeur qui lui aurait permis de hausser le niveau, j’en attendais pas tant non plus.
      Néanmoins, avec une telle ambition (légitime) revue à la baisse, ce fut au final une bonne surprise pour ma part.

      J’aurais également voulu que le manga soit plus long… pour avoir aussi plus de « Maa-chan ». =D

  2. Ping : [Release]Precious Lies – Présentation et premier chapitre « La Patte du Phénix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s